Robert Goolrick – Une femme simple et honnête

9782266202190

MON RESUME

Wisconsin, début du vingtième siècle, Ralph Truitt, homme d’affaires de 54 ans, attend l’arrivée du train, impatient comme un adolescent.

20 ans qu’il a perdu femme et enfants et tout espoir de connaître l’amour.

Il a fini par passer une annonce dans un journal de Chicago et attend maintenant celle qu’il a choisie: Catherine Land, qui s’est présentée comme une femme simple et honnête, tout ce qu’il demande…

Ils ont échangé quelques lettres, mais comme se fier à des écrits lorsque même la photo envoyée, d’une femme à l’aspect quelconque, ne correspond pas à la jolie créature qui descend du train?

MON AVIS

Un homme blasé, blessé, déçu dès sa prime enfance par lui-même, parce qu’il ne correspond pas à la droiture toute puritaine qu’attendait sa mère, que ses instincts ont été plus forts que l’éducation reçue.

Une « courtisane » cherchant fortune, délaissant tous ses atours pour se fondre dans le personnage qu’elle s’est créé afin de plaire à cet homme et s’en faire épouser.

L’histoire est intéressante, sur fond de misère ouvrière du début du 20e siècle, un peu exagérée, me semble-t-il, mais on n’en voit que la vision du patron qu’est Ralph Truitt.

J’ai eu beaucoup de mal à pénétrer l’histoire, le début est très long, très descriptif. J’aime les livres qui entrent très vite dans le vif du sujet.

Et puis, au fil des pages, je me suis laissée prendre au jeu. On s’attache aux personnages, devenus tels qu’ils sont à cause de leur vécu, de leurs expériences de vie particulières.

Une lecture intéressante, agréable.

Livre lu en lecture commune avec Bianca

Publicités

2 réflexions sur “Robert Goolrick – Une femme simple et honnête

  1. Nous avons le même avis sur ce roman, comme toi j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire j’ai même failli l’abandonner mais je me suis accrochée et j’ai bien aimé ensuite. Un roman malgré tout trop lent pour moi

    1. Oui, moi aussi, j’ai failli lâcher. Heureusement qu’il y avait la lecture commune 🙂

      c’est vrai qu’il y a des longueurs, par moments. Des passages où le temps passe vite et d’autres où tout s’étire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s