La France au XIIe siècle – Clara Dupont-Monod – Le roi disait que j’étais le diable

imageEditions Grasset – 237 pages

Une époque que je connais mal, le 12e siècle en France. Quand Priceminister m’a contactée pour les matchs de la rentrée littéraire 2014, c’est le livre que j’avais envie de lire.

Aliénor d’Aquitaine, 15 ans, épouse Louis VII, d’à peine deux ans son aîné, fraîchement couronné Roi des Francs, dit « Louis le Jeune ».

Le peu de données certaines quant aux jeunes années de ces souverains laisse la part belle à l’imagination et c’est sur cette époque, leurs 15 années de mariage, que porte ce roman.

La narration est portée tantôt par Aliénor, jeune femme du Sud, élevée dans la langue d’Oc, parmi les troubadours, les seigneurs guerriers et conquérants, les femmes toutes puissantes sur le cœur des hommes, tantôt par Louis, élevé en vue d’entrer dans les ordres, citant les écritures, d’une piété sans faille, couronné seulement parce que son frère aîné, Philippe est mort dans un bête accident de cheval, causé par un cochon…

Chacun d’entre eux va tenter de changer l’autre. Aliénor, convaincue que ce sont les conquêtes et les batailles qui font le grand souverain, le pousse à unifier de force le royaume, troublée par l’image qu’il lui a laissée lorsqu’elle l’a poussé à prendre de force la ville de Vitry et qu’il s’est laissé envahir par l’ambiance du champ de bataille. Louis, sûr de pouvoir la ramener à ses raisons, va l’emmener en croisade vers la Terre Sainte.

Mais leurs différences de vue sont trop importantes…

J’ai fait en parallèle des recherches sur ces souverains que je ne connaissais pas du tout et j’ai aimé découvrir cette histoire de France dont j’ignorais tout. Cette période entre l’empire de Charlemagne et le Royaume de France, où le territoire qui forme aujourd’hui la Belgique était divisé en comtés, vassaux du Roi des Francs, mais préférant commercer avec l’Angleterre.

J’ai trouvé que la fière Aliénor ne mettait pas beaucoup de bonne volonté à s’entendre avec son époux. Quelles certitudes dans les jugements que l’auteure lui prête…

Bref, vous l’aurez compris, un grand intérêt pour moi vis-à-vis de ce livre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s