Agatha Christie – Why didn’t they ask Evans? (Pourquoi pas Evans)

Evans2

LE QUATRIÈME DE COUVERTURE

…Le moribond ouvrit les yeux.
Ils étaient bleu foncé et et regardaient fixement BOBBY .
Vivement ce dernier se leva et s’approcha .
Avant qu’il fût près de lui, le malheureux s’exprima d’une voix claire et forte
ET POURQUOI PAS EVANS ?
Puis,il frissonna de tous ses membres,ses paupières s’abaissèrent, sa mâchoire s’affaissa.
L’inconnu avait cessé de vivre.

MON AVIS

Je l’ai déjà dit: pour moi, les meilleurs Agatha Christie restent les enquêtes d’Hercule Poirot. Cependant, lors de mes visites chez le bouquiniste, j’aime maintenant en prendre d’autres pour voir.

Celui-ci met en scène le jeune Bobby, fils d’un pasteur et son amie d’enfance, Frankie, issue de la noblesse anglaise.

Bobby, courant ramasser une balle de golf égarée, trouve un inconnu, visiblement tombé d’un sentier abrupt. Il accompagne ses derniers instants.

Après avoir suivi l’enquête officielle qui a conclu à un accident, rencontré la famille du défunt et échappé à une tentative d’empoisonnement, Bobby décide de mener l’enquête avec son amie, tous deux persuadés que l’inconnu a été aidé dans sa chute.

Cette recherche de la vérité va les mener de périples en périples.

Pas de présence policière, ici, ce sont vraiment les deux jeunes gens qui mènent la danse et utilisent les relations de la jeune comtesse Frankie pour rechercher la vérité.

Ce n’est pas, de loin, le meilleur Agatha Christie que j’aie pu lire, mais j’ai passé un bon moment en le lisant et, comme à chaque fois, j’ai apprécié de lire un policier « pur ». Même si j’aime bien les romans plus « noirs » aussi, ça me change un peu. Disons que c’est plus « reposant ».

challenge

Agatha Christie – A l’Hôtel Bertram

agatha christie

J’enchaîne puisque j’ai lu les deux à la suite.

De nouveau Miss Marple…

LE RÉSUMÉ

L’Hôtel Bertram est un hôtel typique de l’Angleterre Edwardienne. Tous les vieux lords et vieilles ladies y retrouvent l’Angleterre de leur jeunesse. On y sert le « Five o’clock Tea » et de vrais muffins beurrés.

C’est dans cet hôtel que la nièce de Miss Marple lui offre deux semaines de vacances, en plein centre de Londres.

L’hôtel la met cependant mal à l’aise. Passé le premier émerveillement de la perfection de la reconstitution, tout lui semble trop faux. Elle s’en confie au Chef inspecteur de la police londonienne, profitant d’une disparition inquiétante pour poser de nombreuses questions sur l’hôtel.

MON AVIS

Voilà, c’est le livre, entamé il y a plus de 20 ans mais jamais terminé, qui m’a empêchée de découvrir d’autres « enquêtes » de Miss Marple (il me semblait bien que le titre me disait quelque chose). J’ai pu mettre le doigt sur ce qui gênait ma lecture adolescente. Je m’attendais à une enquêtrice, telle qu’Hercule Poirot ou les Beresford, avouant être détectives privés. Mais ce n’est pas ça. Miss Marple « ne fait » qu’aider la police par son sens aigu de l’observation et, il faut l’avouer, une certaine curiosité.

Ce qui me gênait à l’époque ne me gêne plus du tout. On suit l’enquête de la police, plutôt que celle d’un « héros », voilà tout.

Je ne m’attendais pas du tout au dénouement et j’ai beaucoup aimé.

C’est dit et j’attends de découvrir les autres « Miss Marple », que j’ai volontairement écartés de mes lectures.

challenge

Agatha Christie – Un cadavre dans la bibliothèque

agatha christie

J’ai déjà dit qu’Agatha Christie a été le premier auteur « pour grands » que j’avais lu. J’ai toujours été une grande fan d’Hercule Poirot et ses petites cellules grises. J’aimais beaucoup aussi un couple d’enquêteurs, présent dans quelques romans Tommy et Tuppence Beresford. Par contre, à 12-13 ans, et même à 18,  les enquêtes de Miss Marple me semblaient plus fades et je n’en ai lu qu’une.

C’est en tombant sur ce recueil de deux enquêtes, que je me suis dit, qu’ayant atteint mon âge honorable (non, je n’ai rien d’une vieille lady anglaise), j’accrocherais peut-être plus.

LE RESUME

Mr et Mrs Bantry, habitant le village de St-Mary Mead dans la campagne anglaise, découvrent, au petit matin, le cadavre d’une jeune femme dans leur bibliothèque.

Ils assurent qu’ils ne connaissent cette jeune femme ni d’Eve ni d’Adam.

Ils préviennent la police et Mrs Bantry appelle également à la rescousse sa vieille amie, Jane Marple, qui a déjà aidé la police à de nombreuses reprises grâce à sa connaissance, par observation, des différentes facettes des êtres humains.

L’identification de la danseuse morte va les mener dans un grand hôtel des environs où de nombreuses conversations vont les mettre sur la piste de l’assassin.

MON AVIS

J’ai effectivement mûri car j’ai bien accroché. Ca m’a un peu changée de mes dernières lectures policières, remplies d’action. C’est une enquête reposante, où l’observation et la réflexion ont plus de place que le mouvement mais c’est agréable à lire.

challenge

Agatha Christie – Les dix petits nègres

dix petits nègres

Je devais avoir 10 ans quand j’ai lu mon premier Agatha Christie… « Dix petits nègres ».

Je me rappelle l’avoir dévoré sur mon transat, lors de vacances en Italie.

10 personnes ne se connaissant pas, bloquées sur une île et qui meurent, l’une après l’autre. Qu’ont-elles en commun? Qui est le meurtrier? Comment fait-il pour qu’on ne le voie pas? Va-t-on l’arrêter? Le tout sur le rythme d’une comptine…

Dix petits nègres s’en allèrent dîner.
L’un d’eux étouffa
et il n’en resta plus que Neuf.

Neuf petits nègres veillèrent très tard.
L’un d’eux oublia de se réveiller
et il n’en resta plus que Huit.

Huit petits nègres voyagèrent dans le Devon.
L’un d’eux voulut y demeurer
et il n’en resta plus que Sept.

Sept petits nègres coupèrent du bois avec une hachette.
L’un d’eux se coupa en deux
et il n’en resta plus que Six.

Six petits nègres jouèrent avec une ruche.
Une abeille a piqué l’un d’eux
et il n’en resta plus que Cinq.

Cinq petits nègres étudièrent le droit.
L’un d’eux devint avocat
il n’en resta plus que Quatre.

Quatre petits nègres s’en allèrent en mer.

Un hareng saur avala l’un d’eux
et il n’en resta plus que Trois.

Trois petits nègres se promenèrent au zoo.
Un gros ours en étouffa un

et il n’en resta plus que Deux.

Deux petits nègres s’assirent au soleil.
L’un d’eux fut grillé
et il n’en resta donc plus qu’Un.

Un petit nègre se trouva tout seul.
Il alla se pendre

et il n’en resta plus Aucun.

Je l’ai relu récemment et, même si je connaissais, forcément, le meurtrier, j’ai aimé retrouver l’ambiance. L’odeur des algues, par exemple, m’a été particulièrement vivace (normal, à la première lecture, j’étais sur une plage).