Jean-Claude Lesellier – Marie des Mimosas

mariedes mimosas_01Editions Baudelaire
106 pages
Reçu en SP

Marie a 82 ans. Elle vit seule dans sa petite maison de Normandie. Ses quatre petits-fils sont presque adultes et ne viennent plus très souvent lui rendre visite. Seul Max, le facteur, passe tous les jours boire sa petite goutte avec elle et discuter un peu des potins du village.

Marie se souvient de sa vie… bien remplie, de malheurs, mais aussi d’amour. Le décès de ses parents, quand elle n’était encore qu’une enfant, les deux guerres mondiales et enfin celle d’Algérie qui lui ont apporté leur lot de malheur, mais aussi d’amour.

Court récit d’une vie, très bien écrit. La petite goutte au facteur, le cochon qu’on tue une fois par an, les mariages traditionnels et même les enterrements… Et si le bonheur résidait dans tous ces petits et grands événements?

Une petite parenthèse d’une soirée de lecture qui m’a fait du bien.

Publicités

Marie-Noël Paschal – On a vu souvent rejaillir le feu

wpid-2015-01-28_20.36.48.jpgEditions Baudelaire – 520 pages

Le petit village provençal de Malemort semble sans histoire, et pourtant, Tanguy, journaliste au journal « La Provence », y est envoyé par son chef pour couvrir deux sujets.

Un « Corbeau » publie sur un blog des propos et photos malveillants tournés contre la mairesse quarantenaire, Judith Magne.

Par ailleurs, selon des informations reçues, on y aurait découvert une oeuvre non signée et inconnue jusqu’alors, de Nicolas De Staël, grand peintre inspiré par la lumière de Provence, dans la première moitié du 20e siècle.

Tanguy découvre que ce n’est pas  la première fois qu’un Corbeau sévit dans le village. Fin  des années 80, la famille de Judith, alors adolescente, était déjà la cible de menaces, et Mathieu, l’enfant de 4 ans de la famille, avait été enlevé et retrouvé mort dans le Verdon.

Le journaliste, ainsi que Judith et Alexandre Forestier, son amour d’adolescente, devenu expert en peintures, vont chercher à résoudre ces mystères.

Il m’a fallu un bout de temps avant d’entrer véritablement dans l’histoire. Je me demande même si je ne me serais pas arrêtée en chemin si ce livre ne m’avait été envoyé en Service de Presse. MAIS… d’un autre côté, j’avais tout de même envie de connaître le fin mot de l’histoire.

La deuxième moitié du livre est vraiment prenante mais j’ai trouvé la mise en place un peu longue.

Bref, maintenant que je l’ai terminé, je ne regrette absolument pas de m’être obstinée. Le sujet est intéressant, les intrigues sont plus ou moins liées et ça m’a permis de découvrir un peu la vie et l’oeuvre de Nicolas De Staël que je ne connaissais que de nom.

Je reste donc sur une note positive.

 Encore une participation au Challenge Un pavé par mois organisé par Bianca

challenge-un-pave-par-mois